Comment empêcher la formation de caillot lors d’un voyage ?

Avant la récupération en vacances, il y a souvent un long voyage, serré. Toutefois, il est possible de prévenir les caillots dangereux : thromboses. Le terme thrombose est dérivé du mot grec thrombus, qui peut être traduit par caillot. Il s’agit d’une masse de sang coagulé qui obstrue un vaisseau sanguin, généralement une veine de la jambe ou du bassin. La coagulation, qui sert en fait à fermer les plaies par les propres moyens du corps, commence donc à un endroit où elle n’utilise pas, mais nuit. Le principal facteur de risque de thrombose est l’âge. À partir de 60 ans, la probabilité de développer une thrombose augmente de manière significative. Les personnes qui ont récemment subi une opération chirurgicale ou qui doivent s’allonger pendant une longue période sont également à risque. Les changements hormonaux, par exemple pendant la grossesse ou suite à la prise de la pilule contraceptive, font également que le sang coagule plus facilement.

Le risque de la thrombose 

S’il existe déjà un risque de thrombose, les longs trajets en bus ou en avion peuvent être dangereux, car le fait d’être assis pendant de longues périodes avec les jambes pliées ralentit en outre la circulation sanguine. Si vous appartenez à l’un des groupes à risque, vous devriez parler à votre médecin au préalable des précautions à prendre. Sinon, le risque de thrombose sur les longs vols ou les voyages n’est pas aussi élevé qu’on le pensait il y a quelques années. Bouger les jambes de temps en temps, remuer les orteils ou tendre les muscles des mollets ne peut toujours pas faire de mal. Lorsque les muscles travaillent, le jeu de la tension et de la relaxation aide les veines à transporter le sang vers le cœur contre la gravité. À l’intérieur des vaisseaux sanguins, des valves veineuses, comme les valves, assurent que rien ne refoule. Des bas de voyage spéciaux faits d’un tissu en nylon plus dense favorisent également la circulation sanguine et ont l’agréable effet secondaire que les pieds ne gonflent pas. Les personnes qui boivent aussi beaucoup conservent leur liquide sanguin. Seul l’alcool ne devrait pas l’être. Elle dilate les vaisseaux sanguins. Le résultat : le sang coule dans les veines. Les patients présentant déjà un risque de thrombose peuvent également devoir porter des bas de contention adaptés individuellement ou prendre des médicaments pour prévenir la thrombose s’ils parcourent de longues distances en avion ou en bus. Toutefois, cela ne doit pas être fait de leur propre initiative, mais en consultation avec leur médecin. L’effet antidouleur de l’aspirine, par exemple, n’a pratiquement aucun effet sur les veines, et n’est donc pas adapté à la prévention des thromboses. Même si vous avez eu un accident ou êtes tombé malade pendant vos vacances, vous devriez parler au médecin qui vous soigne de la prophylaxie de la thrombose avant votre vol de retour. Les personnes non touchées par la maladie courent également un risque accru après une pneumonie ou une jambe cassée, par exemple.

Les symptômes de la thrombose

Les symptômes typiques d’une thrombose sont un gonflement de la cheville ou de la jambe, le mollet peut faire mal comme un muscle douloureux, parfois la peau devient bleuâtre. Les signes ne sont souvent pas clairs. De nombreux malades ne remarquent rien au début. Non traitée, la thrombose a cependant un potentiel de bombe à retardement : environ un tiers des patients souffrant de thrombose veineuse profonde dans la jambe souffrent d’embolie pulmonaire, prévient le médecin vasculaire. Le caillot de sang s’est alors détaché de la paroi de la veine de la jambe, s’est enfoncé dans le poumon avec le flux sanguin et y bloque maintenant un vaisseau. Cela peut mettre la vie en danger, car certaines parties du poumon ne sont plus approvisionnées en sang en quantité suffisante.

Le traitement de la thrombose

Selon l’Alliance allemande d’action contre la thrombose, 100 000 personnes meurent chaque année en Allemagne des suites d’une embolie pulmonaire. Le premier objectif du traitement de la thrombose est donc d’empêcher le caillot sanguin de continuer à se développer. Cela réduit également le risque d’embolie. Au début, la substance active héparine est généralement injectée, mais il est possible par la suite de passer à des comprimés contenant d’autres substances actives. Le traitement dure souvent plusieurs mois. En effet, alors que l’organisme tente à nouveau de briser le caillot sanguin, le risque d’une nouvelle thrombose reste élevé. Les principes actifs du médicament diluent le sang. Il est donc important que le dosage soit ajusté individuellement pour prévenir les saignements indésirables et éventuellement dangereux dans le corps. Les bas de compression ou les bandages font également partie de la thérapie standard. Ils compriment les veines de manière contrôlée et aident les veines et les valves veineuses à fonctionner. Même si c’est parfois ennuyeux : porter systématiquement les bas de compression et prendre les comprimés sont la meilleure protection contre les rechutes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *